Magazine mensuel de dialogue culturel Depuis 2001 • No 24 • Montréal • 15.08.2005

ARCHIVE

Émilie Andrewes
Eldon d’or (fr)
Clara Ness
Genèse de l’oubli (fr)
Felicia Mihali
La reine et le soldat (fr)

Parution : 5 Septembre 2006

Sylvain Trudel

La mer de la tranquillité

Voici neuf histoires inquiétantes et profondes comme l’eau des puits où se mêlent la loufoquerie et le tragique, la chimère et le désastre, le souvenir et l’angoisse. À la fois la galère et le galérien, l’homme ambigu y décline sa nature en nuances qui vont de l’hostilité jusqu’à la mansuétude, en passant par les rêveries amoureuses et les impulsions meurtrières. Voici neuf histoires contrastées où, touchés par la grâce ou dévastés par la violence de la fatalité, les êtres pourchassent la vie heureuse et espèrent la mort paisible, pendant que le monde, né un matin d’Épiphanie sous la lune couleur d’os, glisse comme un vaisseau négrier vers les ténèbres où l’on ne voit plus que la nudité des restes de l’ultime boucherie. Il y a du génie dans cette violence narrative qui ne dit pas son nom, mais qu’une extrême maîtrise vient arracher au silence. Car l’espèce de désespérance, de lucidité un peu effrayante qui émane de ce livre est une traduction saisissante des sottises de nos dogmes religieux et, sans doute aussi, de nos démons personnels.

Après son roman si bouleversant Du mercure sous la langue, SYLVAIN TRUDEL propose des nouvelles à l’écriture tout aussi éblouissante, où l’imagination, l’érudition et l’émotion composent un troublant bouquet.



Août 2006

Ionut Caragea

Delirium Tremens

Scriitorul canadian de origine româna, Ionut Caragea si editura STEF din Iasi, anunta aparitia volumului de poezii intitulat “Delirium Tremens”.

Cunoscut drept “Omul nascut pe Google”, pentru stilul sau poetic original si pentru viziunea sa unica asupra poeziei, Ionut Caragea, poet nonconformist si iremediabil îndragostit de cuvânt, ne introduce într-o lume fantastica, într-o lume a patosului si a visarii. Cartea sacontine un numar de 113 poezii încadrate în doua cicluri:”Si câte ar mai fi de zis” si „Delirium Tremens”.

Postfata

Când citesti o carte, la prima lectura cel putin, nu o faci dupa o anumita structura estetica. Lasând la o parte, evident, grila elementelor structurale care s-or fi cuibarit în subconsti-ent, prima impresie e fundamental mai categorica si mai valabila decât orice presupozitie critica care nu ar face decât sa degenereze în prejudecata literara. De altfel, atunci când vorbim despre o carte de poezie, nu cred ca este consubstantial genul de referinte pre sau postfatatorii care intercaleaza, uneori prea excesiv, versurile autorului într-o maniera care sa nu presupuna decât transferul de versificatie, fara a sugera, decât vag, o anumita viziune. N-am sa ma folosesc de asa ceva.

Revenind la prima impresie, am receptat actul artistic propus de Ionut Caragea ca pe un download al unui mesaj cosmic, acolo unde raiul e ceva comod si are acea traire intima, consumata cotidian, de parca divinitatea ar sta în fotoliu, urmarind la TV un scenariu cu personaje umane. Într-o anumita configuratie, da, traiectul autorului comensureaza acest arhetip matematic: eu la patrat egal Dumnezeu.

Ritmul poeziei lui Ionut Caragea înseamna curgere de la sine, lunecare usoara, potrivire cu ambianta unei zile linistite, monotona dar euforica. As spune chiar ca lejeritatea întreprinderii scris/ citit, augmentativa propunere a autorului, e prea familiara. Ionut Caragea are aceasta capacitate de a-i fi la îndemâna modalitatea de a-si maturiza copilul din el în aceeasi masura în care poate, chiar daca pretentios spus, încopilari tot ceea ce e prea format. Pe de alta parte, însusi caracterul formativ poate fi dedus dintr-o pendulare deloc fortata între teluric si ceresc, altfel spus, jocul cu antinomiile. Mai departe, cuvintele sunt imbricate placut, as zice ca exact atunci când poemele ar putea sa sufere de platitudine, intervin instantanee ludice si te trezesti culisând prin pergamente de placeri, prin solstitii diafane, continutul intuitiv al liricii poetului nemaifiind un dat: intensitatea si emotia îsi (i)au tributul spontaneitatii. Versificatia, când ancorata în clasic, când nuantata postmodern, e convergenta unei formule incoative, acolo unde jocurile de cuvinte dau senzatia unei vizualizari microcosmice, ca si când lumea s-ar face din amanunte doar cu ajutorul ochiului. Tot referentialul poetic al autorului, echilibrat în sine, e reductibil la aceasta atitudine emulativa care dejoaca o presupusa interdictie estetica: dezlegarea la poezie!

Dragostea spovedita în poemele sale, plina de o biogeneza angelica, de ancestralitate benefica, de fecunditate, are calificativul sinceritatii. Megaiubirea, cum o numeste într-un loc autorul, este exprimata, visata, adulata, observata, purtata pe bratele feminitatii, echilibrând realitatea cu toate fantasmele, o dragoste agapé ( ) care-i permite, la o adica, din prea multa nevinovatie, sa se hârjoneasca pâna si cu Dumnezeu, pogorât în oniric în forma feminina. Si toata poezia lui Ionut Caragea este functionala în sensul în care dragostea este cuvânt, betie de cuvinte, dar cuvintele acestea substituite organic nu sunt asa pentru ca sunt controlate, mai degraba este un mod al poetului deja impropriat adânc, de a se simti în interiorul cuvintelor, de a-si face acasa, înca o data, toata viata.

Delirium Tremens este cartea care te cucereste prin prospetime, prin nastrusnicie, prin introspectia presarata (asumat) cu termeni medicali, chiar daca problematizarea decantata din versuri e vasta si, pe alocuri, dramatica. Chiar mi s-a întâmplat, lecturând câteva poezii, sa ma simt de parca citeam Hamlet. Asta, bineînteles, fara sa fac vreo asociere cum ca autorul are disimulari shakespeariene. Departe de mine gândul acesta. Cred în unicitatea fiintei umane, cu toate ca sunt constient ca suferim si de influente. Era vorba doar despre o stare de a fi meditativ în raport cu existenta, cu timpul si cu destinul spiritual al omului.

Prin urmare, corpusul liric formulat de Ionut Caragea merita îndemnul unui exercitiu de lectura atractiv, menit sa ne înnobileze patosul pentru cadrul regasit al poeziei pure.

 

Florin TUPU, iunie 2006, Iasi

Parution : 5 Septembre 2006

Horacio Castellanos Moya

Déraison

Traduit de l’espagnol (Salvador) par Robert Amutio

Le narrateur, à travers un monologue ressassant, qui brasse des faits terribles, des interprétations plus ou moins assurées, des scènes à caractère hallucinatoire, raconte en douze chapitres la descente aux enfers, enfers personnels du narrateur et enfers d'une société qui baigne dans la violence et le meurtre, comme dans son élément naturel. Ce narrateur, homme sans nom et étranger au pays où il se trouve, est un exilé volontaire afin de fuir les persécutions qu’ont entrepris les autorités de son pays contre lui. Plongée dans le délire, ce roman est autant le portrait d’un homme aux lisières de la folie, que celui d’un pays qui vit la violence comme sa nature. C’est aussi un réquisitoire politique : après l’échec et la fin des guérillas, l’ensemble des sociétés n’ont plus les valeurs ni les forces nécessaires pour imposer la démocratie.

Né en 1957 au Honduras, Horacio Castellanos Moya a vécu la majeure partie de sa vie au Salvador. Il a été le directeur du premier hebdomadaire de l’après-guerre au Salvador, Primera Plana. Son activité journalistique et politique l’a contraint plusieurs fois à s’exiler et il réside actuellement dans une résidence pour écrivains réfugiés en Allemagne.



Août 2006

Jean André Constant

Folitude

Le poète haïtien Jean André Constant vient de lancer sur le marché littéraire son recueil de poème intitulé "Folitude" publié aux éditions Pages Folles.

Le recueil "Folitude" est une plaquette d’environ soixante cinq pages autour des thèmes assez variés. Comme son titre peut l’insinuer, Folitude laisse entrevoir une écriture plutôt osée tant par la thématique que par le style. Le titre « Folitude » épouse et transcende à la fois une conception de la folie qui dans sa définition médicale semble se situer au carrefour de la solitude (en tant que rupture avec le commun) et le défi de transgresser par l’exercice d’une liberté incontrôlable. Bref, c’est plutôt le sentiment de celui qui assume son isolement qui, paradoxalement le rapproche de la nature humaine bouleversée tant dans ses intimités que ses apparences. Une diversité de séquences autour de la folie à la fois comme disposition mentale et sentiments. Une poésie moderne et de grande qualité.

On entre dans l’écriture de Constant comme on entre dans une zone de turbulence; l’ancrage est nécessaire. Des mots d’une nostalgie associée à une enfance qui s’accroche, un désir inassouvi de la vie. Des mots qui quémandent la plénitude. Sa pensée est une presqu’île à la recherche des éléments manquant pour construire son île d’incertitude»

(Jannie Bogart, CCMS Magazine, 4 Août, 2006.).

Né en Haïti, Jean André Constant a fait des études en sciences linguistiques et travail social à L’Université D’Etat d’Haïti. Il a poursuivi des études au niveau du deuxième cycle en travail social à L’Universidad de Puerto Rico » et la « University of Connecticut». Il a traîné sa bosse dans plusieurs domaines et institutions. Actuellement, Constant continue à partager sa vie entre l’écriture, l’enseignement (Capital Community College à Connecticut) et le travail social. Il est aussi rédacteur en chef du mensuel trilingue « The Haitian Connecticut Voice ». Constant écrit pour se dire et dire quelque chose, dire imagé de l’absolu entre l’ici et l’ailleurs, crevaison de lune et de laideur, mise à mort de la solitude et du mutisme, déchirure, enfermement intérieur et extérieur, fuites et constances dans son éternelle insularité.

Le livre peut-être commandé sur http://www.lulu.com/pagesfolles ou amazon.com.

Pour plus d’information contactez l’auteur à:

67 Wakefield Cir.
East Hartford, CT 06118 USA
Tel : 860-568-4887

courriel: www.editionspagesfolles.com

Août 2006

Éditions de la Pleine lune

Rentrée littéraire - Automne 2006

Le caméraman, Bill Gaston

L’intrigue se déroule dans le monde excentrique et magique des studios de cinéma. Une actrice trouve la mort lors d’un tournage et Koz, le réalisateur du film, figure bientôt parmi les suspects, à la grande surprise du caméraman Francis, jeune premier naïf, qui lui voue une admiration aveugle. Du suspens, des personnages savoureux, des dialogues vifs et rapides. Un roman facile à lire et plein de rebondissements.

Bill Gaston vit à Vancouver et est reconnu comme un des romanciers canadiens les plus talentueux, « de la même trempe que les Findley, Atwood et Munro », selon The Globe and Mail. Il s’agit de son premier roman traduit en français.

Roman, 364 pages,

Traduit de l’anglais par Ivan Steenhout

 

La valise grise, Nouvelles de Salah Benlabed

Un recueil de treize nouvelles. Treize histoires d’amour recréées par la mémoire d’un Montréalais venu d’ailleurs : ambiances et décors exotiques, épices, parfums et rythmes d’Orient… Ces histoires nous rejoignent par leur profonde humanité. Elles portent aussi un regard lucide sur la société algérienne et son histoire récente.

Dans son pays d’origine, Salah Benlabed a été architecte ; lauréat d’un prix international, il a enseigné l’architecture à l’université d’Alger. Installé au Canada pour les raisons que l’Histoire subit encore, il s’est principalement occupé de patrimoine et a participé à de nombreux projets de restauration d’édifices importants à Montréal. Il travaille désormais pour l’administration de cette ville.

Août 2006

Le lézard amoureux

Rentrée automne 2006

Enseux, de Gaétan Soucy

Roman

Deuxième d'une série de romans miniatures, Enseux de Gaétan Soucy prend le relais de L'angoisse du héron, reçu de façon très favorable l'an dernier. L'auteur s'associe une fois de plus avec l'artiste Laurent Gagnon, qui illustrera l'entièreté de cette série. Terme désuet, l'enseux désigne un réceptacle de cendres funéraires. Mais pour en savoir davantage, il faudra ouvrir ce livre qui prolonge un nouveau tournant dans la trajectoire de l'auteur de L'immaculée Conception et de La petite fille qui aimait trop les allumettes.

 

Pages tombées d'un livre, d’Alexis Lefrançois

Prose poétique

(accompagné d'œuvres de Marcel Jean)

 

Poète remarqué durant les années 1970, Alexis Lefrançois s'est surtout consacré à la traduction durant les trois décennies subséquentes, et ce sous son nom de baptême (Ivan Steenhout). L'auteur de Rémanences et de 36 petites choses pour la 51 revient maintenant à son identité d'écrivain avec un triptyque de proses à teneur autobiographique, où l'imaginaire d'enfance est combiné à une réflexion existentielle et poétique (voir extrait en PDF joint). Les œuvres en couleur de l'artiste visuel Marcel Jean, proche ami de Lefrançois, deviennent ici inséparables du texte. Fait à noter : les éditions Nota bene publieront simultanément l'entièreté de son œuvre poétique dans leur collection « Vers et prose ».

 

L'aurore marâtre, de Thierry Dimanche

Poésie

Cinquième recueil de poésie de Thierry Dimanche, L'aurore marâtre se situe davantage du côté de l'humour noir en transformant à sa manière le mythe d'Aurore, l'enfant martyre. En une cinquantaine de courts tableaux, c'est aussi l'occasion de bousculer l'inconscient collectif québécois, à travers une fête païenne où Ronsard et Alfred Jarry trinquent ensemble.

Août 2006

Les Éditions du passage

Rentrée - automne 2006

Bestiaire

Textes de Serge Bouchard

Illustations de Pnina Gagnon

Beau-livre

Pour les fêtes de Noël, les éditions du passage proposent un splendide bestiaire des animaux de nos forêts, qui ravira tous les membres de la famille, des petits écureuils espiègles aux grands ours mals léchés.

Vingt-deux animaux présentés de façon tout à fait personnelle par l’anthropologue Serge Bouchard. Les courts textes écrits de sa plus belle plume, ludique et savante, sont illustrés d’œuvres de Pnina Gagnon, artiste peintre qui possède également sa propre patte, dans un style oscillant du réalisme à l’art naïf.

Un beau livre, vivant et coloré, qui laisse la parole aux animaux, du brame de l’orignal au vrombissement de la mouche à chevreuil.

Tout sauf bête !

22 animaux : orignal, castor, lynx, porc-épic, loup, ours, chevreuil, loutre, lièvre, carcajou, corbeau, raton laveur, renard, moufette, caribou, coyote, pékan, écureuil roux, mouche à chevreuil, geai gris, perdrix et truite grise.

22 textes - autour de 50 illustrations

Prix : moins de 30 $

Août 2006

XYZ Éditeur

Rentrée automne 2006

Quand on regarde de près la production d’automne chez XYZ éditeur, l’impression qui s’impose est celle de la diversité. Du texte intime, à la psychose, de l’humour à la grande fresque. En somme, de quoi plaire à tous!

Le fou de Bosch, de Sergio Kokis

Sergio Kokis, avec Le fou de Bosch (roman), renoue avec sa profession de psychologue. Il nous raconte l’histoire de Lukas Steiner, bibliothécaire paranoïaque, qui fait la découverte du grand peintre Jérôme Bosch. Contre toute logique, Steiner est convaincu que Bosch l’a choisi comme modèle! Histoire d’une démence qui trouve son dénouement à Saint-Jacques-de-Compostelle

Alma, de Claude Beausoleil

Claude Beausoleil nous propose avec Alma un récit de facture autobiographique. Il s’agit d’un très bel hommage rendu à Alma, la grand-mère du narrateur. Cette femme a été un phare pour lui durant son enfance et son adolescence. C’est aussi le portrait d’une époque, celle où certains enfants de la classe ouvrière ont acquis un droit d’entrée dans le cercle fermé des collèges classiques. Et puis, c’est la découverte pour le narrateur d’un monde inconnu, beau et fascinant : celui de l’art.

L’apprentissage, de Madeleine Ouellette-Michalska

Madeleine Ouellette-Michalska nous présente, dans L’apprentissage (roman), une fillette sans nom qui vit dans la lointaine Gaspésie. Elle observe la parenté venue des États. Elle est naïve et attentive. Adolescente, elle sera initiée aussi aux mystères de la vie de la façon qu’elle n’a jamais souhaitée. Elle viendra à la ville, découvrira la littérature, l’amour et finalement l’écriture. Un récit en demi-teintes placé sous le signe de l’initiation et qui laisse entendre que ce que nous sommes est ce que nous écrivons.

création et réalisation par Cristian Nistor

graphique et mise-à-jour Bogdan Malaelea-Toropu

Droits de reproduction et de diffusion réservés © TERRA NOVA 2005. Tous droits réservés

annuaire